L’UDC ne défend pas la vie…

Une fois de plus l’UDC n’écoute pas les scientifiques. Jusqu’à maintenant elle n’écoutait pas les physiciens du climat, ne croyant pas aux dérèglements climatiques (sans parler de tous les autres). Maintenant elle n’écoute pas les virologues en affirmant que le Conseil Fédéral (CF) a décidé un dé-confinement « trop lent ».

L’UDC aime bien dire qu’il faut arrêter avec le politiquement correct, je suis bien d’accord. Et je peux donc affirmer qu’il serait temps que les chantres de l’UDC écoutent un peu ceux dont la formation a justement consisté à pouvoir prendre les bonnes décisions dans ce genre de situation.

Michaël Buffat, qui est intervenu dans Forum le jeudi 16 avril 2020, a bredouillé des phrases incompréhensibles dans lesquelles, en substance, il dit qu’il faut en premier lieu protéger la population et que c’est ce que fait le CF, mais qu’il faut aussi que le CF nous ramène à la normale rapidement (comme si c’était une décision qui était dans les mains de notre CF). Sinon ce serait catastrophique pour l’économie et donc la population.

Il faut vraiment ne pas voir plus loin que le bout de son nez pour ne pas comprendre que si on rate le dé-confinement, il se pourrait bien que la population soit si gravement atteinte qu’elle ne sera plus à même de « bénéficier » de l’économie. Aussi, quel est le sens d’une économie sans personne pour la faire vivre ?

On voit donc bien que l’UDC n’a aucune compétence pour réfléchir à ce genre de questions. Forcément, l’UDC n’aime pas les élites, ceux qui réfléchissent et qui ont l’esprit critique (surtout si on est critique de leurs idées). Et on peut ironiser: l’UDC n’a pas besoin des médecins et des scientifiques puisqu’ils ont le Dr. Christoph Blocher pour leur expliquer comment mettre un masque:

https://www.facebook.com/thomaswieselcomedy/videos/539174073448353/

Non, Monsieur Buffat, on ne peut pas « revenir à la normale » d’un coup de baguette magique, et il convient donc d’écouter les scientifiques, et être patient, en attendant. Et non, l’économie et la finance, ce fameux « marché » qui s’auto-régulerait, qui s’adapterait à n’importe quelle situation, tout ceci n’est que de la pensée magique, de l’obscurantisme.

On voit bien ici les limites de raisonnement de l’UDC dans une situation de crise. L’UDC ne réfléchit qu’avec une logique d’un autre âge, mettant au centre de la réflexion l’économie financière. Dans la situation dans laquelle on vit actuellement, il faut justement pouvoir élargir sa vision de la situation afin de réagir de la meilleure des manières.

J’estime ainsi que notre gouvernement a très bien réagi aujourd’hui en proposant une sortie de confinement en 3 étapes.

On voit bien ici le déni de science dans lequel évolue l’UDC. Elle a pendant longtemps nié les dérèglements climatiques (et dans les faits, elle continue de le faire).

Par ces deux dénis, on voit que l’UDC ne défend pas la vie. Défendre la vie consisterait à écouter les scientifiques qui expliquent avec force qu’il faut sortir du confinement de manière réfléchie et lente. Alain Berset disait très justement qu’il fallait agir « aussi rapidement que possible, mais aussi lentement que nécessaire ». C’est totalement le bon sens.

Agir aussi rapidement que possible, mais aussi lentement que nécessaire.

Alain Berset

Mais il y a malheureusement plus grave encore que cette crise épidémique. Les dérèglements climatiques, la perte de biodiversité et l’extinction de masse – qui ont déjà eues lieu – auront des conséquences absolument catastrophique sur le vivant. Nous parlons ici de l’éventualité de la disparition de la vie sur Terre. Nous savons – car les scientifiques du climat le disent depuis longtemps – que l’emballement du réchauffement peut totalement casser les équilibres fragiles du climat terrestre (qui rend la vie possible sur notre planète). Et si ces équilibres disparaissent il se pourrait que la vie ne soit possible qu’à des latitudes élevées.

Au début de l’épidémie l’UDC semblait avoir écouter, pour une fois, les scientifiques. Malheureusement leur lucidité n’aura été que de courte durée puisque après un mois à peine, les voilà qu’ils critiquent les décisions sages du CF.

L’UDC veut donc « revenir à la normale », c’est-à-dire à ce monde qui, par la cupidité, a détruit l’habitat de centaines de milliers d’espèces. Ce monde qui a envoyé des milliards tonnes de gaz carbonique dans l’atmosphère et qui a contribué à élever la concentration de 280 à plus de 415 ppm, augmentant l’effet de serre de manière déjà dramatique. Évidemment nous avons tous profité de cette vie là, de cette opulence, et il ne s’agit pas de décroître. On peut tout à fait continuer de croître en connaissances, en culture, en rencontres, en compétence, en découvertes, par la curiosité, etc. Mais il est illusoire de penser que l’on peut encore croître matériellement de manière infinie dans un monde fini et à bout de souffle et de ressources…

Pourtant, c’est ce que l’UDC voudrait pour nous; revenir à la normale, et donc ne pas défendre la vie. Le pire dans tout cela, c’est qu’en n’écoutant pas les scientifiques, l’UDC met en péril la vie de ses électeurs.

Ce n’est pas une question d’avis politique, les dérèglements climatiques sont un fait aussi avéré que la Terre est une sphère, nier ces réalités, c’est un déni d’intelligence et un absence totale de connaissance du monde. C’est pourtant ce que fait l’UDC.

1 Comment

  1. Gilles Landini16 avril 2020

    Rien à dire. Enfin… si: on voit maintenant clairement que l’UDC zurichoise n’e s’est JAMAIS préoccupé du peuple et  » des petites gens » comme ils disent . Ils ont toujours renforcé le pouvoir des grosses industries avec un discours qui se voulait proche des gens…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *